La parole est au capitaine ! (Partie 3)

Même si, malheureusement, la saison d’interclubs ne pourra se terminer, l’ABS a eu l’honneur d’aligner pas moins de cinq équipes sur l’exercice 2019/2020. Nous vous proposons depuis la semaine dernière de retrouver les réactions des différents capitaines concernés. Après Jonathan Cleton et Alexandre Lanoy, au tour de Julien Desquenne, capitaine de l’équipe 5 qui évoluait en Division 4.

 

Sarah Caffier, Clarisse Delseaux, Zélie Vallez, Sébastien Bigand, Julien Desquenne, Frédéric Dufrenne, Jérémy Honvault.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hello Julien ! Tu es donc à la tête de l’équipe 5 de l’ABS, qui évoluait en Division 4. Comme les autres capitaines ont pu le faire avant toi, peux-tu nous en dire plus sur toi ?

Salut ! Super cette idée, merci à toi de faire ça. Je suis Julien Desquenne, j’ai 39 ans, j’habite à Saint-Martin Boulogne. Je suis un cadre informatique chez Polyedre depuis seize ans, j’ai plusieurs casquettes. Je suis notamment administrateur système/bases de données, et gestionnaire d’interface entre cobol/flash/html5. Tout un programme !

Je suis au club depuis 2002. Je me suis investi dès 2003 avec le site internet du club, puis j’ai été vice-président durant un bon moment. Je suis redevenu « simple » joueur depuis la naissance de mon fils Clément l’an passé car je voulais lui consacrer le plus de temps libre possible.

Et j’ai bien fait, je suis très heureux d’avoir passé le relais et je remercie Myriam Chapapria d’avoir continué à alimenter le site et la page Facebook du club, ainsi que Rémy Dumont puis Julien Petit pour la succession au poste de vice-président.

 

Cinq victoires, deux nuls, deux défaites, sur le podium virtuel au milieu d’équipes invaincues, le début de saison était plutôt très encourageant, non ?

Au moment de la constitution de l’équipe, je ne savais pas trop où nous situer. Nous avons perdu plusieurs joueurs clés : Nicolas Garret qui a arrêté le bad, Alexandre Chochois qui souhaitait être un remplaçant occasionnel et Emilie Mazars qui est partie au Canada. C’est la moitié de l’équipe qui était à remplacer. J’ai pu continuer avec les fidèles Sébastien Bigand et Frédéric Dufrenne. Cyrille Chiloup nous a rejoints, et chez les filles, j’ai pu compter sur Clarisse (Delseaux), Sarah (Caffier) et Zélie (Vallez).

Lors de la première journée, j’étais très embêté par la composition d’équipe, car nous n’avions pas de joueurs à l’aise avec le simple 2, et Cyrille me voyant embêté, m’a proposé que je lui trouve un remplaçant. Tâche pas évidente car pour respecter la règle il faut remplacer un joueur P10 par un joueur au classement inférieur ou égal. Et surtout, je voulais le proposer à un joueur aimant le simple. C’est ainsi que Jérémy Honvault nous a rejoints, et ça a redonné un certain équilibre à l’équipe. J’espère qu’on pourra repartir avec cette même équipe la saison prochaine car il y a un très bon état d’esprit et on s’est bien amusé.

 

Il y avait une autre équipe de l’ABS au sein de la Division cette saison. Comment s’est passée la « cohabitation » et l’affrontement remporté de peu ?

Je trouve toujours dommage les affrontements entre équipes du même club. On ne fait pas les interclubs pour ça ! Par le passé, j’ai vu beaucoup de tensions lors de tels matchs, et je ne voulais vraiment pas de ça cette année. Disons qu’on se connaît tous, et chacun joue forcément sur les défauts de l’autre et il ne faut pas craquer.

Bien sûr, chaque capitaine a cherché à faire gagner son équipe, c’est normal. La rencontre s’est super bien passée, il n’y a eu ni litige, ni dispute. Bien au contraire, c’était très fair-play. On l’a emporté effectivement de peu. Chacune des quatre victoires a eu son importance, mais mention spéciale à Zélie qui a battu Laura dans un match épique. C’est ce que je recherche aussi en tant que capitaine : faire progresser nos jeunes et c’est fantastique de les y aider.

 

On passe au questionnaire décalé !

Dans ton équipe, qui est :

– le plus fort ? Sébastien Bigand ! Depuis des années, Sébastien fait des matchs d’une grande intensité physique. Il surprend par son jeu atypique et il ne lâche rien. Je ne compte plus les matchs où il semblait en difficulté et où il a fini par l’emporter en transpirant à peine quand son adversaire était allongé à la recherche de son souffle !

– le plus râleur ? Bon là, je crois que c’est Jérémy Honvault ! Un sacré personnage qu’il faut tempérer mais je trouve qu’il a fait des efforts et j’ai beaucoup apprécié nos doubles. Je le calme, il me booste, ça a bien fonctionné !

– le plus drôle ? J’hésite entre Sébastien et ses encouragements patois (« bouge tin c** gross vac' », rires) ou ma façon de décompresser les autres ou moi-même avant et pendant les matchs en imitant Francis Vasseur, Nelson Monfort ou autre.

– le plus concentré ? Fred ! Quand il réussit à bien se mettre dans sa bulle, rien ne le déconcentre et c’est ainsi qu’il est le plus fort.

– le plus « précieux » ? Je dirais Fred encore ! C’est celui qui va le plus s’échauffer, n’hésitant pas à faire du shadow et autres ateliers avant le match ! Et ça marche, j’avoue avoir testé? ça permet de mieux démarrer un match.

On peut encore remercier Julien pour son aide précieuse depuis des années, que ce soit au sein du bureau mais plus globalement auprès de tous les membres du club !